La Chine et le Costa Rica ont annoncé la négociation d’un traité de libre-échange, lors de la visite dans la ville costaricaine de San José du président chinois Hu Jintao.

C’est la première fois qu’un dirigeant chinois séjourne officiellement dans ce pays qui, il y a un an, a coupé tout lien avec Taïwan pour avoir la possibilité d’établir des relations diplomatiques avec Pékin. Après le Chili et le Pérou, le Costa Rica est le troisième pays latino-américain à vouloir négocier un tel accord avec Pékin, le premier d’Amérique centrale.

« Le président Arias et moi sommes convenus d’entamer les négociations d’un traité de libre-échange », a déclaré Hu Jintao qui était arrivé dimanche au Costa Rica, accompagné d’une importante délégation d’officiels avec une forte délégation d’officiels du Parti communiste chinois et d’hommes d’affaires.

« Costa Rica est un pays de poids dans la région centre-américaine et un partenaire de choix de la coopération chinoise dans cette région », a-il aussi déclaré.

Le Costa Rica est la première étape de la tournée latino-américaine du dirigeant chinois. Il s’est rendu ensuite à Cuba, puis au Pérou, où se déroule le sommet du Forum de coopération économique Asie-Pacifique.

En quelques années, la Chine a signé plusieurs accords d’investissement et d’exploitation avec des pays producteurs de pétrole comme le Venezuela, le Brésil, le Mexique ou encore la Colombie.

Texte publié dans Sept magazine en novembre 2008

Merci pour le partage
  • 5
  • 2
  • 10
  • 1
  •  
  •  
  •  
    18
    Partages
  • 5
  • 2
  • 10
  • 1
  •  
  •