Grande Caraibe

La ou les Caraïbes ? Telle n’est plus vraiment la question. Désormais, parlons de la Caraïbe, surtout du fait qu’elle devienne réellement « grande ».

La « Grande Caraïbe » ?

Une définition s’impose. J’ai choisi celle que Romain Cruse présente dans son intéressant ouvrage intitulé Une géographie populaire de la Caraïbe (Editions Mémoire d’encrier, 2014).

Il s’agit du cadre de prédilection des Caribéens partisans d’une région unie, politiquement et économiquement forte sur le plan régional, et pouvant peser sur les affaires de l’hémisphère. Cette définition englobe la Caraïbe insulaire, le Venezuela, la Colombie et l’ensemble de l’Amérique centrale, Mexique inclus.

D’autres textes intéressants à lire : 

C’est autour de la mer que s’organise la grande Caraïbe, sur les 4,3 millions de km² de la mer Caraïbe et du golfe du Mexique. Cette mer a été le véhicule de la construction historique, économique, politique et culturelle de toutes ces sociétés, de leur air de famille comme de leur variation et différences. C’est une Méditerranée américaine.
– Pascal Buleon dans Atlas Caraïbe