Guadeloupe, Martinique, France à l’AEC : 1 pays, 3 sièges

C’est signé ! La Guadeloupe et la Martinique sont officiellement membres associés en leur nom propre de l’Association des États de la Caraïbe (AEC).

Les signatures de ces actes d’adhésion acquise après des mois de démarche se sont déroulées en présence d’Alfonso Munera, le secrétaire général de l’organisation caribéenne : en Martinique, le 11 avril, et trois jours plus tard, en Guadeloupe.

« Au bout de ce long processus, notre intégration comme membres associés de l’AEC montre que notre Caraïbe est parvenue à un degré de maturité exceptionnel. Une maturité qui lui permet de fonder son unité dans le creuset d’une diversité assumée, et de penser son dynamisme dans le respect de nos choix singuliers et de nos différences. » 

– Serge Letchimy, président du Conseil régional de Martinique, lors de la signature du 11 avril.

« Ainsi, c’est avec fierté, ferveur et solennité que la Guadeloupe procèd(e) à la signature de cet accord d’adhésion avec l’AEC, en son nom propre. Que bien au-delà de la force juridique de l’acte et de la portée symbolique de la cérémonie, notre cheminement commun puisse se nourrir de cette promesse nouvelle : celle de relations réciproques d’appartenance à une même communauté de destin, au bénéfice de toutes les filles et de tous les fils de la Caraïbe. » 

– Josette Borel-Lincertin, présidente du Conseil régional de Guadeloupe, lors de la signature du 14 avril.

La Guadeloupe et la Martinique obtenant des sièges – et donc des « voix » – séparés de la France, ô que cela ne fut pas facile ! Flashback.

Etape 1 / 2012 : l’accord de la France

Représentées par la France depuis 1994 au sein de l’AEC, la Guadeloupe et la Martinique ont depuis plusieurs années un désir d’autonomie.

A mesure que la coopération caribéenne progressait, que les institutions de la zone se renforçaient, les présidents des Conseils régionaux ont mesuré combien le fait de devoir toujours passer par le gouvernement au sein d’organisations comme l’AEC représentait un handicap supplémentaire, à rapidement éliminer. Mais encore fallait-il que la France soit d’accord ! Rencontres, courriers… les discussions se sont déroulées tout au long de l’année 2012.

Et finalement, le gouvernement donna son accord en décembre 2012, via Laurent Fabius, ministre des Affaires étrangères. La France décidait ainsi de miser sur la « diplomatie territoriale », un concept bien expliqué sur le blog Caraib’Expat.

Etape 2 / 2013 : le temps de l’instruction des demandes 

Après autant d’attente, on aurait pu croire que la Guadeloupe et la Martinique déposeraient immédiatement leur demande d’adhésion à l’AEC. Cependant, elles ne les présentèrent officiellement qu’en avril 2013, lors du Ve sommet des chefs d’Etats de l’AEC… certes, à un moment fort propice, puisque la rencontre avait lieu en Haïti, territoire francophone et « proche » des régions des Antilles françaises.

Nul ne pouvait donc douter que ces demandes obtiennent des réponses positives, notamment après avoir lu le point 36 de la Déclaration de Pétion-ville, adoptée en fin de sommet :

« Nous accueillons avec satisfaction la volonté des régions françaises de la Caraïbe de devenir Membres Associés de l’AEC en leur nom propre, et nous nous félicitons de leur participation active aux différents comités de l’Association. »

Cependant, le temps de l’administration étant ce qu’il est, il fallait redoubler de patience.

Etape 3 / 2014 : l’accord de l’AEC

Un peu plus d’un an plus tard, la nouvelle tant attendue tomba. Le 14 février dernier, lors du 19e Conseil des ministres de l’Association des Etats de la Caraïbe (AEC), les adhésions de la Guadeloupe et de la Martinique étaient acceptées.

Un « moment historique », dixit l’AEC dans un communiqué :

« Les délégués de la Martinique et la Guadeloupe ont tous deux exprimé leur gratitude à l’ACS (ndlr : l’AEC en anglais) pour les avoir acceptés comme membres associés. Ils ont annoncé leur engagement concernant le travail et les programmes de l’ACS et ont en outre indiqué qu’il s’agit d’un moment historique pour leurs territoires. » (traduction personnelle)

Et maintenant ? Rendez-vous au Mexique, fin avril

La Guadeloupe et la Martinique feront donc sièges à part avec la France qui, elle, reste tout de même membre associé de l’AEC en tant que représentante de la Guyane, de Saint-Martin et Saint-Barthélemy.

Une cérémonie d’investiture de ces nouveaux membres devrait avoir lieu lors du VIe sommet de chefs d’Etat et/ou de gouvernement de l’organisation caribéenne, qui se tiendra à Mérida, au Mexique, à partir du 30 avril.

Et ensuite, le travail reprendra. Précisions : la Guadeloupe préside actuellement le comité spécial pour la réduction des risques de catastrophe et la Martinique, celui pour le tourisme.

Billet publié le 15 avril 2014 sur mon précédent blog. 

Merci pour le partage
  •  
  • 2
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    2
    Partages
  •  
  • 2
  •  
  •  
  •  
  •