Pour rappel, j’étais en Martinique durant deux jours pour assister à une partie du séminaire européen sur l’employabilité des jeunes dans ce département, organisé par l’association D’Antilles et D’ailleurs.

Comme je l’ai dit dans un précédent billet, j’en suis revenue fort inspirée. Dans mes prochaines publications sur ce blog, je vais m’employer à vous expliquer pourquoi.

Première raison : ces instants exceptionnels passés avec l’association Lasotè à Fonds-Saint-Denis. Je vous raconte.

Jeudi dernier, grâce à un vol très matinal, je suis arrivée tôt en Martinique, à 7h30. Une fois en voiture avec Lavinia et Emilie, deux des organisatrices du séminaire venues me chercher, c’était parti pour une journée que je n’oublierai pas de sitôt.

Nous avons pris la direction de Fonds-Saint-Denis, qui vraiment porte bien son nom, puisque nous avons parcouru des kilomètres et kilomètres en voiture pour atteindre la commune. Plus on avançait, plus on montait, plus la route se resserrait. Entre les lacets sur lesquels nous roulions et la végétation qui nous entourait, j’ai vraiment eu le sentiment que j’étais en Guadeloupe et que j’allais à l’Habitation La Grivelière à Vieux-Habitants

Après un dernier virage serré, une dernière montée, nous voilà arrivées au local de l’association. une quinzaine de personnes s’activent à des préparatifs. L’accueil est chaleureux. Annick, la présidente, et Pascale, l’une des membres, prennent le temps de discuter avec nous.

Il est bien temps que je vous en dise plus sur l’association Lasotè qui existe depuis 2008 et compte actuellement 22 membres. Son but est « la transmission par (les) anciens des modes culturaux et culturels des mornes du Nord caraïbe : lasotè, gragé manioc, scieur de long, pêche à l’épervier ou à l’invention, tressage du bakoua », etc.

L’association est aussi un outil d’insertion de jeunes et moins jeunes, aux parcours très différents, qui peuvent acquérir savoir et techniques sur l’agriculture, notamment. Enfin, elle est en train de développer tout un pan destiné au tourisme, pour faire découvrir le patrimoine immatériel rural martiniquais.

Et justement, dans le cadre du séminaire, l’association D’Antilles et D’ailleurs a eu la bonne idée de faire découvrir à la trentaine de participants le lasotè, une activité traditionnelle d’entraide chez les agriculteurs de la région.

Nous avons donc tous pris la direction du champs à labourer, situé à quelques minutes à pied en contrebas. Quasi à mi-chemin, petite pause près de l’abri pour nous rafraîchir d’un bon jus local et écouter les explications de Pascale. Celle-ci nous a raconté qu’après l’abolition de l’esclavage, les noirs avaient des terrains mais pas d’outils pour les labourer. Les agriculteurs du Nord Caraïbe ont décidé de se regrouper pour notamment travailler la terre, mais aussi grager le manioc, en faire de la farine, ensemble.

Parmi les différents type d’entraide, il y avait donc ce lasotè qui consiste en un labour effectué au son des tambours.

Nous avons repris notre marche, durant quelques minutes, pour bien nous positionner en hauteur et voir la démonstration des membres de l’association.

Le lasotè, c’est impressionnant !

Difficile de ne pas être impressionné en regardant ces hommes effectuer ces amples mouvements, en déployant une énergie considérable. Heureusement la musique semblait leur insuffler de la force et du courage.

Certains des participants du séminaire ont été invités à essayer et ont pu mesurer la difficulté de la tâche. Puis, nos hôtes ont repris la main et ont continué à labourer le champs en musique, pendant de longues minutes.

Après l’effort, le réconfort

Enfin, l’heure de déjeuner ! Nous étions les invités de l’association Lasotè qui avaient préparé de très bons mets traditionnels : soupe de giraumon, puis coq rotis et poissons frais frits accompagnés de riz, racines et lentilles et enfin pour terminer, des floups à base de jus locaux. Nous nous sommes régalés. 

Pendant toute cette belle matinée, nous avons échangé avec les membres de l’association, en toute convivialité. Ce fut de beaux instants de partage, parce qu’ils nous ont accueilli avec chaleur et sincérité.

Je me souviendrai longtemps de l’association Lasotè et de ses membres !

Merci à Annick, à Pascale, aux autres membres pour cet accueil et ces moments exceptionnels.