Mon incroyable #FMLF2015 en 10 personnes clés (partie 1)

Je vous rassure, cela sera mon dernier billet sur le Forum Mondial de la Langue Française (FMLF), certes en deux parties.

Un troisième billet, oui, car il me fallait bien vous raconter le forum en lui-même et pour ce faire, plutôt que de vous le raconter chronologiquement, j’ai décidé de vous parler des 10 personnes clés qui ont marqué mon séjour. Chacune d’elles permet d’évoquer un pan du forum.

  1. Widlore Mérancourt 

C’est l’histoire d’un jeune haïtien, étudiant, blogueur, présentateur télé, que je connaissais via Mondoblog, une plateforme qui hébergeait nos blogs à l’époque, et qui m’écrivit un jour pour me proposer de collaborer pour présenter un projet lors de ce forum. Il se nommait Widlore Mérancourt, je ne le connaissais que via Twitter et son blog. Nous avons travaillé sur notre projet pendant des mois ensemble, en utilisant internet, sans jamais pouvoir nous rencontrer en personne. Lui en Haïti, moi en Guadeloupe, nous étions pourtant dans la même région.

Widlore et moi-même. Photo SK.

Widlore et moi-même. Photo SK.

Il aura fallu que nous fassions tous les deux plus de huit heures d’avion, que nous parcourions des milliers de kilomètres, pour que nous nous voyions enfin, à Bruxelles. Cela avait ce je ne sais quoi d’étrange de rencontrer pour la première fois Widlore, ce Caribéen voisin, dans un pays inconnu, si loin de chez nous.

Widlore, c’est un jeune que j’admire beaucoup, parce qu’il fait partie de ces personnes qui n’ont pas peur de se mettre en mouvement et saisissent, voire provoquent, les opportunités pour avancer. Nous avons pu enfin discuter de vive voix et j’ai apprécié ses réflexions sur Liège, sur le forum, sur les problématiques de notre région.

A l’image de beaucoup de jeunes avec lesquels j’ai discuté durant ce forum, il a soif d’apprendre et d’entreprendre. Et j’ai beaucoup appris avec lui, avec eux tous.

  1. Amaury Luthun

Amaury, je ne le connaissais pas il y a encore quelques semaines. Je l’ai contacté car j’avais lu que l’OFQJ lançait un appel pour former une délégation de jeunes francophones pour participer à ce forum et, dans ce cadre, l’institution prendrait en charge une partie des frais liés à ce déplacement. C’est lui qui s’en occupait. Dès le départ, il a fait preuve de la même rapidité et de la même efficacité dans ses réponses que j’ai constaté par la suite à Liège.

Coïncidence… quelques semaines avant le forum, il était en Guadeloupe pour une mission d’information sur les activités de l’OFQJ. On a pu se rencontrer une première fois là-bas. Puis, nous nous sommes croisés à de multiples reprises lors du forum.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Amaury Luthun. Photo Mylène Colmar.

Amaury, à l’image de l’équipe de l’OFQJ, a consacré beaucoup de temps et d’énergie pour que tout se passe bien. Il faut dire qu’au programme du forum déjà très chargé, sont venues s’ajouter plusieurs activités spéciales pour la délégation OFQJ, en partenariat avec celle d’Imagination for People. Stand, rencontre entre les deux délégations, ateliers de travail, rencontre avec l’ambassadeur de France en Belgique, pastilles vidéos sur les participants, articles récapitulatifs sur les événements marquants de chaque journée du forum… Oui, programme ultra-chargé pour l’équipe OFQJ, qui a en plus eu à régler quelques couacs de l’organisation liés à l’hébergement notamment.

A l’image de beaucoup de personnes de l’organisation, bien que débordé et fatigué, Amaury a  pris le temps de discuter et de s’intéresser. Je le remercie particulièrement d’être venu assister à notre atelier et d’en avoir parlé sur le site de l’OFQJ.

        1. Jo Claeys

Jo, le facilitateur… Il m’a envoyé un mail quelques semaines avant le forum pour m’expliquer qu’il nous aiderait à préparer notre atelier, qu’il était belge mais vivait au Portugal. Puis, ses mails se sont succédés, avec des demandes plus précises qui nous ont vraiment aidés à réussir notre présentation.

Et enfin, je l’ai rencontré à Liège. Son visage, sa personnalité, correspondaient bien à ce que je m’étais imaginé. Il est sympathique, Jo. Il a aussi de très bonnes idées et c’est notamment lui qui a permis de dynamiser notre présentation, grâce à ses suggestions d’interaction avec le public.

Jo, en compagnie de Widlore et moi. Photo SK.

Jo, en compagnie de Widlore et moi. Photo SK.

Jo, il sait aussi y faire avec les gens, il a le sourire, le contact facile, et il a souvent détendu l’atmosphère lors des réunions des porteurs de projet de notre axe, Participation citoyenne, grâce à son idée de jouer avec les mains, via des exercices assez marrants.

Et à l’image de beaucoup de facilitateurs, il a vraiment donné de sa personne pour organiser les multiples ateliers, mais aussi pour apaiser les porteurs de projet souvent stressés par la perspective de s’adresser à une assistance, exercice pas si évident que cela.

        1. Michaëlle Jean

Widlore et moi avons su que Michaëlle Jean, la secrétaire générale de l’Organisation internationale de la Francophonie, viendrait assister à la totalité de notre atelier, quelques jours avant le début du forum. Cependant, j’avais un peu de mal à y croire… Ou j’ai préféré faire semblant de ne pas y croire pour ne pas être trop sous pression. J’en ai parlé un peu autour de moi, mais avec réserve, car si elle n’était pas venue, que dire ?

Michaëlle Jean, assise au premier rang de notre atelier. Quelle adrénaline ! Photo OFQJ.

Michaëlle Jean, assise au premier rang de notre atelier. Quelle adrénaline ! Photo OFQJ.

Le jour J, quand je l’ai vu arriver accompagnée d’une importante délégation, s’asseoir au premier rang et braquer son regard sur moi, j’ai réalisé que c’était vrai et que c’était maintenant. Quelle adrénaline !

Michaëlle Jean ne s’est pas contentée d’écouter, elle a aussi participé. Elle est intervenue à plusieurs reprises pour souligner qu’il était important que la Caraïbe joue collectif, qu’il fallait de la rigueur en matière d’information et de blogging, qu’il était indispensable de faire attention aux objectifs et à la cible pour notre plateforme. Elle a montré un bel intérêt pour notre projet Passerelle Caraïbe et prodigué conseils et encouragements. Je n’y reviendrai pas plus, puisque j’en ai déjà parlé dans un précédent billet.

A l’image de beaucoup de Caribéens, de personnes avec lesquels j’ai discuté lors du forum, Michaëlle Jean a conforté notre volonté de concrétiser notre projet, par son intérêt, son enthousiasme.

      1. Serge Katembera 

Quel plaisir de revoir mon ami Serge, plus de deux ans après l’avoir rencontré en personne à Dakar ! Et c’était comme si nous nous étions quittés hier. Je me suis amusée à le présenter à tout le monde comme le faux brésilien, car s’il vit depuis des années au Brésil, il est congolais. J’ai ri quand il m’a demandé, l’air dépité, s’il avait pris tant que ça l’accent brésilien.

Serge et moi-même.

Serge et moi-même.

Nous avons sillonné la ville, nous avons discuté de Liège, de la vie au Brésil, de la vie en Guadeloupe, de ses projets, de mes projets, du forum, de la francophonie, de notre vision de la jeunesse et du temps qui passe, et de beaucoup d’autres choses.

Avec Serge, nous avons passé beaucoup de temps ensemble, parce que nous ne savons pas vraiment quand nous nous reverrons. Cependant, nous avons aussi échangé avec des dizaines de personnes lors du forum, que l’on connaissait pour les avoir rencontré en personne, ou pour leur avoir seulement parlé via les réseaux sociaux, ou encore pour nous être assis à côté d’elles dans le bus, dans l’amphithéâtre, etc. Que de projets, que de parcours intéressants ! Impossible de savoir le nombre de personnes avec lesquelles nous avons sympathisé, échangé nos coordonnées, que nous avons « ajoutés » sur Facebook et autres, avec le désir de rester en contact.

A l’image de beaucoup de participants, Serge et moi nous nous sommes quittés, sans grande tristesse, car nous savions que nous pourrions toujours discuter d’une manière ou d’une autre.

Seconde partie du billet à venir.