Musique et Caraibe : la Guadeloupe en chansons

Quand je pense à la Guadeloupe, une chanson me vient immédiatement en tête.

« Gwadada », d’Admiral T

Admiral T, chanteur de ragga-dancehall guadeloupéen, a débuté sa carrière avec des chansons aux textes engagés. Il est vite devenu une des voix de la jeunesse guadeloupéenne. Avec « Gwadada », morceau en créole sorti en 2004 dans l’album Mozaik Kreyol, il dénonce avec force différentes problématiques – notamment les multiples actes de violence – qui caractérisent encore actuellement l’archipel. Précisons que « Gwada » désigne la Guadeloupe.

Je me risque à une traduction de quelques paroles, pour ceux qui ne comprennent pas le créole :

« En Guadeloupe, on dirait qu’il y a une guerre ; tu peux remplir un France-Antilles* rien qu’avec des faits divers »

« En Guadeloupe, certains disent que le ragga, c’est de la violence, c’est vrai en un sens  ; nous disons la vérité et la vérité blesse »

*France-Antilles est le seul quotidien local. 

Les paroles. 

Bien sûr, après réflexion, j’ai pensé à beaucoup d’autres chansons. 

« La Guadeloupéenne » (version de la Guadeloupéenne Tanya St-Val, accompagnée par le groupe martiniquais Malavoi)

Ce morceau au rythme de biguine met en avant la beauté et le charme de la femme guadeloupéenne qui, il fut un temps, portait coiffe traditionnelle et beaux bijoux en or.

« La Guadeloupe ka pati », de Poupoune

Au son du gwo ka, Poupoune explique dans cette chanson qui date de 1993 que « La Guadeloupe part dans une mauvaise direction et si nous ne faisons pas attention, nos enfants se retrouveront dans la rue à 16 ans » (paroles du refrain). Il met en garde la société sur le fait que les jeunes n’écoutent plus, multiplient les actes de violence et de délinquance, ce qui laisse augurer de mauvais jours à venir pour l’archipel.

« Krim kont la Gwadloup », du groupe guadeloupéen Soft

Le groupe Soft a sorti en 2005 un album Kadans a peyi la que j’apprécie beaucoup. S’y retrouve notamment le titre « Krim kont la Gwadloup » qui dresse un portrait très critique de la société. « Je ne suis pas meilleur qu’un autre, vous me donnerez votre avis, mais lorsque je regarde ce qui se passe, il y a des gens qu’il faut poursuivre pour crime contre la Guadeloupe », ainsi débute le morceau. Les paroles : http://paroles.zouker.com/soft/krim-kont-la-gwadloup,71906.htm

« La Gwadloup sé tan nou » (version des groupes Voukoum et Akiyo)

Cet hymne en créole du collectif guadeloupéen Lyannaj kont pwofitasyon (LKP) a rythmé les 44 jours de mobilisation générale contre la vie chère, au début de l’année 2009. « La Guadeloupe est à nous, la Guadeloupe n’est pas à eux, ils ne feront pas ce qu’ils veulent dans notre pays », tel est le refrain de ce morceau qui s’impose comme un appel à la mobilisation et à la manifestation.

Billet publié le 15 novembre 2012 sur mon précédent blog.