Stéphanie Caliste Manette, une Caribéenne créative à l’âme d’entrepreneure

J’ai rencontré pour la première fois Stéphanie Caliste Manette au RDV Caraibexpat,  un apéro-networking qui avait lieu pour la première fois en Guadeloupe, fin juillet.

Lors de cet événement, il y avait nombre de personnes aux parcours et projets intéressants, mais Stéphanie a retenu mon attention pour trois raisons :

  1. Elle s’est présentée notamment comme « auteure, écrivaine et scénariste », ce qui m’a donné envie d’en savoir plus, vu que je suis une littéraire de formation ;
  2. Elle connaît très bien différents territoires de la Caraïbe, puisqu’elle est guadeloupéenne, a étudié en Martinique, vit et travaille à Saint-Martin ;
  3. Elle a rédigé un intéressant mémoire sur le tourisme saint-martinois.

Nous avons donc convenu d’un rendez-vous pour une interview qui m’a permis de remplir les cases manquantes. Impossible de tout vous livrer. Cependant, si on me demandait de présenter Stéphanie, j’utiliserais 4 adjectifs clés.

  1. Polyvalente

Diplômée d’un baccalauréat littéraire, alors que ses préférences la destinaient à être musicologue ou professeur d’espagnol, Stéphanie est devenue… assistante sociale. Une décision surprenante, qu’elle explique ainsi : « Pour mes études supérieures, je n’arrivais pas à trancher entre la musique et l’espagnol, les deux matières dans lesquelles j’excellais. Afin d’éviter de faire un choix, j’ai décidé de passer les concours d’assistante sociale l’année du Baccalauréat, car très jeune j’appréciais déjà la psychologie, les gens venaient naturellement se confier à moi afin de se sentir écoutés et obtenir des conseils ».

En 2007, son diplôme d’Etat d’assistante sociale en poche, Stéphanie se voit proposer par le rectorat de Guadeloupe d’exercer sa profession dans un collège à Saint-Martin, ce qu’elle fera pendant deux ans. Puis, elle décide de changer de voie. Elle devient formatrice en culture générale et en remise à niveau en français. Parallèlement elle est conseillère en insertion sociale et professionnelle. Ensuite, elle devient chargée de médiation et formatrice en mobilité Caraïbe dans le cadre de l’Initiative Emploi Jeunes (IEJ).

Entre temps, sa découverte de Saint-Martin l’a amené à développer son intérêt pour le tourisme et à vouloir travailler dans ce secteur. Elle se lance alors dans des études pour obtenir un diplôme Européen d’Etudes Supérieures en Tourisme et Hôtellerie. Pari réussi en 2015. En complément, elle a passé cette année un diplôme de compétences en anglais.

  1. « Amoureuse » de Saint-Martin

Avant son déménagement dans cette île, Stéphanie ne connaissait pas du tout Saint-Martin. « C’était une découverte totale ! C’est une île à laquelle on accroche ou pas, tant elle est spéciale. Je l’apprécie énormément. Quand on pense à Saint-Martin, on pense plutôt à l’animation, les casinos de la partie hollandaise. Cependant du côté français, il y a la nature, le calme, c’est parfait pour se reposer. »

Ce contraste entre les deux parties de cette île l’a tant interpellé qu’elle a décidé d’en faire le sujet de son mémoire rédigé dans le cadre de son diplôme européen.

« J’ai noté que les atouts du côté français n’étaient pas assez mis en valeur. J’ai voulu mettre en exergue que la partie française peut attirer un tourisme haut de gamme, lié à l’écotourisme, en mettant en œuvre les moyens nécessaires. Je crois en ce potentiel ! »

Pour écrire son mémoire, Stéphanie a fait beaucoup de terrain, interviewé des professionnels du tourisme. Ce travail, elle a voulu ensuite le partager avec le plus grand nombre, d’où la publication de son ouvrage Dynamiser le tourisme à Saint-Martin (côté français), en français et en anglais.

« C’était une manière de déclarer ma flamme à Saint-Martin !».

  1. Passionnée d’écriture

Je vous l’ai dit, Stéphanie se définit avant tout comme « auteure, écrivaine et scénariste ». Avant ce livre sur le tourisme, elle a publié un petit recueil de poème intitulé Amours Passions et Emotions« A l’époque, j’écrivais sur un cahier toutes les émotions que je ressentais, mon vécu et celui de mon entourage. Un jour, je suis tombée sur un site qui proposait l’édition de manuscrits. J’ai envoyé le mien, juste pour tester. Et j’ai reçu une réponse positive, dont je ne me suis pas occupée. Le directeur de la Maison d’Edition m’a par la suite appelé afin de me faire prendre conscience de mon potentiel. J’ai pris confiance. Le recueil est finalement sorti et j’ai obtenu de bonnes critiques ».  Stéphanie va sortir ce livre en d’autres langues. Elle a aussi pour projet d’écrire d’autres livres.

Par ailleurs, la jeune femme écrit de temps en temps des courts-métrages pour Soualiga Médias, une agence créative à Saint-Martin. Et elle blogue sur son site, pour évoquer d’autres thématiques qui lui tiennent à cœur : le bien-être et les relations humaines.

  1. Entreprenante

Comme vous l’aurez noté, Stéphanie a donc plusieurs cordes à son arc. Ultra créative, elle a également une âme d’entrepreneure.

« Je veux créer mon propre business dans le tourisme…».

Elle n’en dira pas plus pour le moment.

Mais au fait, que pense Stéphanie de la Caraïbe ?

« La Caraïbe est un ensemble de territoires différents, et pourtant connectés, complémentaires. Nous devons tous nous intéresser à notre culture caribéenne car nous avons un grand intérêt à mieux connaître l’espace régional qui nous entoure. J’encourage tout le monde à le faire ! ».

Merci pour le partage
  • 39
  • 6
  • 14
  • 1
  •  
  •  
  •  
    60
    Partages
  • 39
  • 6
  • 14
  • 1
  •  
  •