Comme je le vous disais dans la première partie de ce billet, j’ai souffert d’un excès d’inspiration.

Oui, j’ai été prise dans un tourbillon de rencontres, dont je n’ai pas réussi à m’extirper, pour vous les raconter sur ce blog. Je vous ai déjà parlé de Magalie et de David. J’ai aussi eu beaucoup de plaisir à échanger avec les autres intervenants, à les voir briller sur scène.

  • Thierry Malo est un auteur créolophone que j’apprécie depuis de nombreuses années. Son premier roman en créole, Dyablès, est déjà sur ma table de chevet. Ne me reste plus qu’à trouver le temps pour le lire ! Sur scène, lors de son intervention à TEDxPointeàPitre, il a su manier pédagogie et humour. Egal à lui même, et donc irrésistiblement drôle et fin ! Bravo à lui. 
  • Léna Blou fait partie de ces artistes professionnels jusqu’au bout des ongles. Elle est à la fois sensible, calme, réfléchie, passionnée. Cela s’est ressenti sur scène durant son intervention. Elle a une analyse fine sur ce que nous, Guadeloupéens, nous sommes et sur la manière dont nous nous adaptons à ce monde, où il est bien difficile parfois de garder son équilibre. J’ai trouvé son propos perspicace et émouvant. Une grande dame, Léna Blou. 
  • Si on me demandait de citer un seul adjectif pour qualifier M’Baïreh Lisette, je dirais : impressionnant. De par son parcours et son intelligence. Son intervention à TEDxPointeàPitre en fut la démonstration éclatante.  La crise, les crises, M’Baïreh Lisette, il en a affrontées et résolues plus d’une, je veux bien le croire. Quelle maîtrise de son sujet !
  • Autre intervenant impressionnant, le Dr Henry Joseph. Voilà un homme fort occupé, qui a libéré plusieurs fois de longues plages dans son agenda pour préparer la conférence. Voilà un homme très prolixe dès lors qu’il s’agit de parler d’environnement, d’alimentation et d’innovation, qui a fait l’effort de condenser son propos pour respecter la limite des 18 minutes par intervention. Dr Henry Joseph, je vous remercie. J’ai décidé de devenir locavore. Je ferai mon maximum, en ce sens.
  • Gustave Parking, j’ai passé des heures avec lui avant même de l’avoir rencontré, puisque j’ai eu toutes les peines du monde à rédiger son texte de présentation pour TEDxPointeàPitre. Il y avait tant à dire sur sa carrière très riche et on a déjà beaucoup écrit sur lui. Après l’avoir rencontré en personne, j’aurais voulu pouvoir réécrire ce texte. Je l’aurais débuté en indiquant que Gustave Parking est étonnamment sympa et accessible. Quand tu as un parcours comme le sien, avoir la grosse tête ne serait pas surprenant. Et pourtant, pas du tout. Lui, autant que son intervention à TEDxPointeàPitre, m’ont donné envie de davantage improviser au quotidien.
  • Last but not least : Carel Pedre. Cela fait des années que je le suis via les réseaux sociaux, qu’Axelle m’en parle de temps en temps en fonction de ses actualités. Cependant, je n’avais jamais pu le rencontrer. Carel, il a beau être une star dans son pays, il a gardé une belle simplicité. Je lui ai tout de suite parlé comme une connaissance de plusieurs années. Il n’en a pas pris ombrage. Bien au contraire, il a fait de même. Le 10 novembre, il était très à l’aise sur scène. Il a raconté son histoire liée au séisme de 2010. Ses propos m’ont ému, et selon les commentaires post-conférence, je n’étais pas la seule.

Et donc, de très belles rencontres avec ces intervenants tous vraiment intéressants car différents et enthousiasmants, mais pas uniquement.

J’ai notamment interviewé Willy Catalan, employé de Caraïbes Industrie, qui a découpé les lettres géantes TEDx en polystyrène. Il m’a vraiment soufflé par son savoir, sa maîtrise technique. Voir le découpage de ces lettres en direct, dans l’énorme atelier de cette entreprise, était quelque chose de quasi magique. 

Dans le cadre de TEDxPointeàPitre, j’ai énormément appris. L’adverbe n’est pas exagéré. Comme je m’occupe de la communication digitale, j’ai essayé de me documenter au maximum sur le sujet, afin de remplir ma mission de manière la plus professionnelle possible, même si je ne suis qu’une modeste bénévole. Community manager, c’est un métier qui demande beaucoup de temps, d’attention, de réactivité. Je préfère vraiment être journaliste, j’ose l’avouer. Malgré les moments de fatigue, de manque ou d’excès d’inspiration, rédiger du contenu pour le site web de TEDxPointeàPitre reste mon dada. Cela change des articles dans le cadre de mon activité professionnelle et même des billets pour mon blog. Un autre ton, un autre objectif, mais toujours ce plaisir d’informer et de partager. 

Enfin, pour conclure ce billet (qui doit bien avoir une fin), une petite anecdote.

Alors que je lui expliquais TEDxPointeàPitre et les nombreuses heures consacrées aux réunions, à la rédaction de contenus, aux réponses aux intervenants, etc., un ami m’a demandé : Mylène, TEDxPointeàPitre, tout ça, tout ça, TOUT CA, pour quoi faire ? Et je me suis surprise à lui répondre, très naturellement : eh bien, pour changer le monde !