Dans mon entourage, je connais nombre de jeunes femmes qui ont lancé leur entreprise, avec succès.

J’aurai l’occasion de parler de certaines d’entre elles, via des billets comme celui que j’ai consacré à Jasmina Legros.

J’en connais aussi beaucoup d’autres qui ont des idées, de l’ambition, mais hésitent à se lancer. Pourtant, elles disposent de connaissances et de compétences pouvant leur permettre de créer et de développer leur entreprise.

Pour franchir le pas, il leur manque juste ce soutien indispensable qui peut être multiforme : financier, moral, technique, administratif, etc.

« L’esprit d’entreprenariat et la création d’entreprises sont des alternatives de plus en plus viables pour la tranche d’âge des jeunes de 18 à 30 ans souvent confrontée à un marché du travail avec de très hauts taux de chômage et le sous-emploi. (…) Nous devons nous mobiliser grâce à divers moyens d’assistance et d’accompagnement pour développer la création d’un environnement favorable et permettre aux jeunes d’être mieux sensibiliser aux opportunités offertes pour la création d’entreprise.» – Juan Somavia, ancien directeur général de l’Organisation Internationale du Travail 

C’est en s’appuyant sur ces constats que l’association guadeloupéenne Arrimage Good’îles a monté le projet européen Youth Women Win (Les jeunes femmes gagnent, en français). Il vise à permettre à ce que les jeunes femmes (de 16 à 30 ans) en difficulté puissent être mieux accompagnées par des structures locales dans le cadre d’une création d’entreprise, et plus généralement, à encourager l’entreprenariat féminin. Pour ce faire, des outils de formation et de conseils, pratiques, innovants, doivent être développés et mis à disposition des acteurs impliqués.

« Nous pensons que les opérateurs locaux intervenant auprès des jeunes en difficulté d’insertion professionnelle sont des leviers d’accompagnement et d’apprentissage efficients permettant de stimuler l’esprit d’initiative, la créativité, le savoir-être, la confiance en soi, la persévérance et l’assurance de ces jeunes femmes. » – Les initiateurs de Youth Women Win

La création d’entreprise représente une alternative à vraiment prendre en considération pour les femmes, d’autant plus qu’elles sont particulièrement touchées par le chômage en Guadeloupe, selon les statistiques de l’Insee. La tendance est d’ailleurs la même pour la Martinique et la Guyane.

Les initiateurs de Youth Women Win ont également constaté que « nombre (de jeunes femmes) interviennent dans le secteur informel artisanal et artistique et pourraient ainsi pleinement jouer un rôle de levier de développement économique en Guadeloupe ».

Voilà résumé en quelques mots ce que m’ont expliqué les initiateurs du projet.

J’en saurai encore un peu plus le 9 avril prochain, puisque ce jour-là Youth Women Win fera l’objet d’une présentation, à la salle polyvalente de la médiathèque du Gosier. Dans ce cadre, les partenaires de l’association venus de Belgique et Madagascar partageront leurs expériences. Des échanges intéressants à prévoir donc, que j’évoquerai bientôt sur ce blog.