#FMLF2015 : Instantanés et étrangetés de Liège

Comme je vous le racontais il y a quelques jours, je participe actuellement au Forum Mondial de la Langue Française (FLMF), rencontre internationale qui se tient à Liège, en Belgique, du 20 au 23 juillet. Ce genre d’événement – au programme dense mêlant ateliers, conférences, stands, événements culturels, sans compter les rendez-vous pour échanger avec des gens venus des quatre coins du monde, est toujours source de tant d’inspiration que cela me sera difficile de n’y consacrer qu’un billet.

Cependant, alors que je suis toujours en Belgique, j’ai eu envie tout de suite envie de partager mes premières impressions, en cinq mots clefs et explications.

Caraïbe. Cest la raison pour laquelle je suis à ce Forum. Pour parler à un maximum de participants de cette Grande Caraïbe que j’aime, celle qui dépasse la carte postale qui attire les touristes, celle qui est si diverse, contrastée, complexe, celle qui innove, qui agit, s’afiirme, celle qui se rassemble aussi pour avancer et explorer tous ses champs des possibles. La Caraïbe a tant de défis à relever, tant de problématiques à résoudre, mais aussi tant de possibilités à cultiver, de potentiels à exploiter.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Widlore Mérancourt, juste avant de débuter la présentation du projet Passerelle Caraïbe.

Projet.

Je suis à ce Forum en tant que porteur d’un projet nommé Passerelle Caraïbe, encore à la phase de concept, mais que notre équipe mettra tout en œuvre pour concrétiser. Je suis venue avec Widlore Mérancourt, un des membres de l’équipe qui a fait le déplacement depuis Haïti, pour présenter notre idée lors d’un atelier qui s’est tenu mardi matin. Nous avons  expliqué le comment du pourquoi nous voulons lancer une plateforme francophone d’informations sur l’actualité de la Caraïbe, dont la particularité sera de faire appel à la participation citoyenne. Les Caribéens mais aussi tous les intéressés par la région poseront les questions et nous formerons une équipe répartie dans les différents territoires concernés pour apporter des réponses. Les objectifs ? Informer, libérer la parole, inciter à s’interroger et à s’exprimer, permettre de mieux se connaître entre les différents territoires, et finalement tenter en mettant les informations en commun sur différents sujets de réfléchir ensemble et trouver des solutions ensemble.

Partage.

Lors de notre atelier, l’assistance était fournie, attentive, intéressée, enthousiaste. Widlore et moi avons apprécié que la secrétaire générale de l’Organisation internationale de la Francophonie, Michaëlle Jean, mais aussi d’autres responsables de cette institution, ainsi que des personnes venues d’Haïti, du Canada, du Maroc, du Mali, du Sénégal, etc. soient présents dans l’assistance.

 

Nous avons tout fait pour leur expliquer nos ambitions pour ce projet, mais surtout pour leur dire haut et fort que les Caribéens ont eux aussi, comme d’autres dans le monde, soif d’action, d’innovation, de progression. J’ai ressenti qu’ils l’avaient compris. Et nombre de personnes du public ont fait des commentaires, donné des conseils pertinents, proposé leur aide, leur expertise. Je les en remercie. Je les contacterai.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Widlore et moi-même en compagnie de la secrétaire générale de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF), à la fin de l’atelier du FMLF.

Sourire.

A la fin de l’atelier, au moment où Michaëlle Jean vient nous féliciter, nous faire cette bise chaleureuse, et nous dire quelques mots d’encouragement en créole, Widlore et moi avions ce sourire de ceux qui ont accompli leur « mission » et qui en ressortent satisfaits. Je vous assure que ces mois de travail, de préparation de l’atelier, marqués par des dizaines de mails échangés, ces milliers de kilomètres parcourus, ces heures d’investissement en valaient la peine. Nous avons parlé de la Caraïbe, nous avons défendu notre projet, nous nous sommes mis en mouvement, avec cette joie mêlée de fébrilité si exaltante. Et, après l’atelier, nous étions satisfaits, ravis, heureux. Des innombrables sourires.

PS : J’en profite pour remercier notre facilitateur Jo Claeys pour son soutien au fil des mois et ses conseils. Et bien sûr, salut particulier à l’Office franco-québécois de la jeunesse, dont je fais partie de la délégation – en particulier Amaury, car ils ont aussi contribué à ce que cette présentation soit possible.  

Jo Claeys facilitateur FMLF.JPG

En compagnie de Jo Claeys, le facilitateur du Forum qui a été d’une grande aide. Merci Jo !

Mouvement.

Nous nous sommes mis en mouvement. Nous allons continuer à travailler sur Passerelle Caraïbe pour concrétiser ce projet. Les commentaires intéressants et les encouragements appuyés de Michaëlle Jean et des autres membres de l’assistante nous incitent à le faire. Nous sommes aussi très motivés par les rencontres que nous faisons lors de ce forum. Il y a tant de personnes dans le monde qui s’activent et inventent à vitesse grand V. Oui, nous nous sommes mis en mouvement.