En matière de blogging, je souffre souvent du syndrome de la page blanche.

Impossible d’écrire un mot pendant une heure, puis deux, puis une journée, deux jours, voire plus. J’ai le sujet, l’histoire en tête, j’ai les informations, mais lorsque je parviens à écrire, les lignes couchées sur la feuille sont terriblement mauvaises. J’efface, je recommence, je me prends la tête, je m’agace, puis je m’énerve, et de guerre lasse, j’abandonne.

Quand les gens m’interrogent, je leur dis que je manque d’inspiration. C’est ma manière la plus simple d’expliquer, même si dans ma tête, c’est bien plus compliqué. Comment traduire ce blocage, lié à tout et à rien ?

Pour solutionner cela, j’ai développé quelques tactiques.

  • Je lis. Souvent les mêmes ouvrages d’ailleurs.

Je ne peux dire combien de fois j’ai lu Le Père Goriot, chef d’oeuvre d’Honoré de Balzac. (Image from page 352 of « La comédie humaine » (1912))

Guadeloupe : la jolie vue de la bibliothèque Mado

  • Je me promène et je fais des photos, le plus souvent de fresques et de fleurs, de plantes, d’où mes séries sur le street art et sur la nature d’ailleurs.

Et j’ai noté qu’il y a une fleur qui capte toujours mon attention : l’hibiscus. J’aime sa délicatesse, ses couleurs, sa beauté, sa diversité aussi. Elle a toujours un éclat différent, bien particulier.

Hier, j’ai admiré cette fleur et j’ai retrouvé l’inspiration.

#nature #Guadeloupe #Caraibe #Caribbean #environnement

Une publication partagée par Mylène Colmar (@mycho971) le

Et ce n’était pas la première fois.

#nature #Guadeloupe #Caraibe #Caribbean #environnement #sansfiltre

Une publication partagée par Mylène Colmar (@mycho971) le

#hibiscus #fleur #nature #Guadeloupe #Caraibe #Caribbean #environnement

Une publication partagée par Mylène Colmar (@mycho971) le

#hibiscus #fleur #nature #environnement #Guadeloupe #Caraibe #Caribbean

Une publication partagée par Mylène Colmar (@mycho971) le

Hibiscus. L’une des plus jolies fleurs. #nature #Guadeloupe

Une publication partagée par Mylène Colmar (@mycho971) le

Et comme j’en ai l’habitude pour les billets de cette série « Nature en Guadeloupe », je termine par un morceau de musique en lien avec le sujet du billet.

J’ai donc choisi un titre issu du catalogue du label… Hibiscus Records. Le fameux « Aïe Man Man » du Caribéen Jeff Joseph.