TOP

Alix Bicep, entrepreneur tranquille, en mode accéléré


Un peu plus d’un an plus tard,  nous revoilà en train de converser et, premier constat, Alix Bicep a conservé ce même entrain à parler de sa vision entreprenariale, de son secteur et plus largement du numérique en Guadeloupe.  Pourtant, il en a parcouru du chemin en quelques mois.

Je vous livre la substantifique moelle de notre longue conversation, en 12 points, histoire que vous lisiez jusqu’à la fin. Promis ?!

 

1. Continuité ET accélération

J’ai interviewé Alix Bicep pour la première fois en juin 2017. Première question évidente : que devient sa société Smart Digit ?

Alix Bicep : « A l’époque, j’avais dit que je faisais évoluer mon business de manière progressive, avec une volonté de le pérenniser. Un an plus tard, cela continue dans le même sens, mais avec une accélération somme toute relative, parce que Smart Digit appartient aujourd’hui à un groupe. »

En effet, Alix Bicep a choisi de s’associer avec l’entreprise DMA qui se structure ainsi comme un groupe comprenant :

  • Smart Digit pour la communication et le marketing digital
  • DMA pour la gestion de l’informatique, les infrastructures virtuelles, l’infogérance
  • H2P System pour la gestion des infrastructures physiques.

« En maîtrisant ces 3 points, nous sommes en mesure d’accompagner nos clients sur l’ensemble des problématiques digitales. »

2. « Mon plateau, j’ai dû l’obtenir par moi-même »

Smart Digit dans un groupe pour « passer un cap ».

Cette étape, Alix Bicep l’a franchie après six années d’un travail acharné afin d’acquérir vision + offres + réseau, un trio nécessaire pour tout entrepreneur, selon moi.

« Au bout d’un moment, quoi qu’on en dise, l’argent est clé. Je ne suis pas un fils de à qui on a mis tout en main sur un plateau. Mon plateau, j’ai dû l’obtenir par moi-même.

Comme une cliente me l’a expliqué un jour, il faut savoir demander de l’aide ou accepter le soutien proposé. Le patron de DMA m’a appelé un jour et m’a dit : ‘Alix, où en es-tu ? Il faut que nous passions à un autre stade. Il avait besoin de moi pour la prospective. »

 

3. DMA, euh, c’est quoi ?

DMA par ci, DMA par là, comme si cela était une évidence…

En fait, comme me l’a souligné Alix Bicep, DMA fait partie des trois plus grandes structures d’informatique de la Guadeloupe. En toute discrétion. Alix Bicep a été séduit par 4 qualités majeures :

  • une structure stable qui a plus de 20 ans
  • un énorme réseau/panel de clients
  • une priorité : la qualité de service
  • une ouverture, avec une projection réelle.

« Cette ouverture me permet d’ouvrir Smart Digit à de nouvelles solutions de services. Aujourd’hui, je peux vraiment dire que nous pouvons accompagner une entreprise de manière globale sur son positionnement numérique, en offrant d’autres métiers. »

 

4. Avis bien tranché

« La communication numérique est un effet de mode dans lequel tout le monde s’est jeté à pieds joints. Les agences de communication proposent toutes des solutions de communication digitale. Je vais continuer à me battre sur ce sujet-là, mais je ne vais pas concentrer mon effort dessus.

 

5. « J’ai fait pivoter mon business »

« Ce pivot me permet d’agrandir ma zone de chalandise. Smart Digit a toujours eu pour ambition de ne pas rester focaliser sur la Guadeloupe. »

« Aujourd’hui, nous sommes en train de mettre en place des solutions qui nous permettront de sortir de la Guadeloupe en 2019/2020. Nous en parlerons en fin d’année. »

Bien sûr, j’ai insisté pour en savoir plus sur ces fameuses solutions, mais Alix Bicep est resté muet. Le terme wait and see est là bien approprié.

6. Question à lui-même

« C’est quoi les 5 prochaines années de Smart Digit ? »

En début d’année, Alix Bicep a réfléchi à l’avenir de son entreprise. Avec deux salariés – un développeur et une chargée de la communication numérique, plus question de légèreté« Il faut que je paie les salaires, sur le long terme. Il ne s’agit plus d’être dans un train-train quotidien. »

« Je suis en mode startup. Dans ma tête, j’ai déjà deux, voire trois autres solutions à sortir. »

« Nous allons continuer à proposer du community management, mais nous avons aussi de plus en plus de demandes de conseils. Les gens viennent vers moi, car ils attendent une expertise. »

 

7. Reprogrammation totale

« Maintenant je ne suis plus un communicant. Maintenant, je suis un chef d’entreprise qui s’appuie sur ses compétences de communication. J’ai dû recalibrer mon logiciel de pensée. »

 

8. Next step -> « réfléchir stratégiquement »

Amener des solutions numériques aux entreprises et leur permettre d’augmenter leur productivité, c’est ça le nouvel axe développé par Alix Bicep. Cela lui permet de ne pas être en concurrence avec les très nombreuses agences de communication de la place. D’ailleurs, Alix Bicep insiste bien : Smart Digit est un cabinet de conseil.

« Nous avons envie de dire aux agences : gardez vos clients. Nous sommes là pour vous aider à mieux travailler. Certaines agences n’ont aucune expertise digitale, mais ont une réelle qualité opérationnelle, parce qu’elles font cela depuis vingt, trente ans. Nous leur offrons la possibilité de travailler avec elles pour améliorer le rendement de leurs clients. »

 

9. Objectif : recruter une personne par an

« Je veux donner la chance à des jeunes qui n’en ont pas eu, qui veulent rentrer en Guadeloupe par exemple. Je veux que mes collaborateurs s’approprient la structure, l’identité locale, le fait que le numérique ici n’est pas comme en métropole. Tu peux t’inspirer mais il faut adapter. »

 

10. La difficulté de notre territoire ?

« Si tu n’es pas dans les bons petits papiers, les bonnes informations n’arrivent pas forcément à toi. Or, il y a des solutions qui peuvent nous permettre de recruter, de développer, d’investir. Il y a des solutions, sauf que nous ne les connaissons pas. »

 

11. Pression ? Pression !

« Il y a ce stress qui, à mon sens, est normal, parce que je suis toujours en train de me demander : est-ce que ce je fais est bon ? Est-ce que je vais dans la bonne direction ? Est-ce que mes clients sont satisfaits ? Est-ce que les gens avec lesquels je travaille sont satisfaits ? J’accorde une importance excessive à mes partenaires. J’essaye de trouver les bonnes personnes et quand c’est le cas, je ne les lâche pas. Tout cela amène une pression. Cependant, c’est aussi tout cela qui fait que je ne m’ennuie pas. »

 

12. « Tout est possible »

« La vie d’entrepreneur m’a appris que tout est possible. Tout n’arrive pas dans le timing attendu, parce que souvent, nous voulons que les choses se fassent vite. »

 Il est tranquille, Alix Bicep. Cependant, il a passé la 5e. En mode accéléré.

PS : Alix a récemment organisé le concours Smart Quizz de Smart Digit  avec en prix une formation “pour apprendre à développer la visibilité digitale de votre entreprise ou activité”. 


Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.