TOP

Ce « sanblé » en Guadeloupe qui a impressionné à l’international


Habillés tout en noir, têtes attachées avec des fouloirs rouges, jaunes, verts ou encore madras… Les manifestants du sanblé du 27 novembre ont pour la très grande majorité respecté les indications données par les organisateurs de ce grand rassemblement, qui s’inscrivait dans le cadre de la mobilisation générale contre le pass sanitaire, l’obligation vaccinale et la vie chère débutée le 15 novembre dernier.

Rappelons que ce rassemblement était à l’initiative d’associations culturelles, et non d’organisations syndicales ou du collectif LKP comme cela a pu être écrit. De plus, un sanblé avait lieu au même moment à Basse-Terre et il a réuni également des centaines de personnes.

Pour revenir sur le « Sanblé Lapwent », rendez-vous était donné devant le CHU à Pointe-à-Pitre à 9h. Devant ce lieu ô combien symbolique, se sont amassées au fur et à mesure des centaines de personnes, ce qui laissait augurer d’un succès indéniable. La suite n’en a été qu’une confirmation.

Quelques minutes avant 10h, départ, direction les Abymes. Drapeaux en avant, musiciens au milieu, et manifestants tout autour. Dès le début, le pas a été rapide, les chants ont résonné haut et fort : « Yo Awmé, nou pa awmé ». En français, « ils sont armés, nous ne sommes pas armés ». Dans l’immense foule, toutes les générations avançant de manière déterminée.

Quelques nuages atténuaient les rayons du soleil, mais la chaleur était bien là… ET cependant, la foule a grossi au fil de sa progression : boulevard de Baimbridge, Petit-Pérou, passage devant Milenis, bourg des Abymes et rond-point de Perrin, un des autres lieux symboliques de la mobilisation avec la caserne des pompiers pas loin.

 

Pause bien méritée

Après une telle marche et alors que le soleil brillait de toute son intensité, l’arrêt a été le bienvenu. Durant plusieurs minutes, syndicalistes ont enchaîné les discours mobilisateurs. Durant ce temps, les conversations entre manifestants vont bon train et sans surprise, la mobilisation générale, les derniers événements, les enjeux pour l’avenir étaient au cœur des conversation.

A noter la présence de restaurateurs assurant un service traiteur, l’occasion de mettre en lumière qu’eux aussi font partie des professions directement impactées par cette crise et les restrictions imposées. Enfin, le cortège a repris sa marche pour retourner vers le CHU.

Résonnance internationale

 

 

Bien sûr, ce sanblé a donné lieu à une foule de contenus postés sur les réseaux sociaux. Outre les médias traditionnels, habituels, nombre de personnes ont capté des instants et les ont partagé immédiatement sur leurs comptes. Je l’ai moi-même fait !

Je n’ai pas été surprise que ces posts soient très populaires, mais plus par les relais à l’international et les commentaires en grande majorité positifs qu’ils ont suscités. En effet, j’ai déjà écrit que je regrette la masse de stéréotypes sempiternels et imbéciles – je pèse mes mots – publiés sur les réseaux sociaux et en commentaires d’articles sur cette mobilisation générale en Guadeloupe, et plus largement dès lors qu’il y a des mouvements de protestation dans notre archipel, en Martinique, en Guyane.

 


Journaliste, consultante éditoriale, éditrice, je blogue sur ma région, ses acteurs et enjeux. Fière d'être une #caribbeanblogger depuis 2007. Je tiens une veille sur l'actualité caribéenne sur Twitter. Rejoignez-moi !

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

1 Commentaire
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
1
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x