TOP

Flashback Caraibe : un nouveau souffle pour les visites d’entreprises avec Caraïbes Factory


Valoriser les sites industriels et artisanaux de la Caraïbe en s’appuyant sur le numérique, tel est l’objectif de la Guadeloupéenne Sylvia Phibel-Puissant avec sa startup Caraïbes Factory. Sur sa plateforme en ligne, il est possible de réserver des circuits atypiques qui permettent de découvrir les savoir-faire et les coulisses d’entreprises locales.

 

Sylvia Phibel-Puissant : En 2012, j’étais responsable de la communication en contrat de professionnalisation à la centrale géothermique de Bouillante pour obtenir mon Master en communication des organisations de l’Université Lumière Lyon II. Dans ce cadre, je faisais les visites guidées pour le public, les scolaires. Au bout d’un an, je me suis rendue compte qu’il y avait une vraie demande pour ce type d’activité. J’ai donc effectué quelques recherches et j’ai trouvé intéressante l’idée de faire découvrir aux gens des sites industriels du secteur des énergies, au départ.

Pendant trois ans, entre 2013 et 2016, j’ai continué à travailler comme consultante indépendante en communication pour la centrale, tout en développant le concept de Caraïbes Factory. Après m’être documentée sur la visite d’entreprise, j’ai décidé de ne plus limiter les sites proposés. Une fois mon business model finalisé, j’ai lancé officiellement ma startup début mars 2017.

 

En quoi votre projet est-il innovant ?

Sylvia Phibel-Puissant : La visite d’entreprise existe depuis des années en Guadeloupe, mais l’offre n’était pas du tout structurée. Caraïbes Factory a pour ambition d’identifier les entreprises qui se visitent, de valoriser le patrimoine industriel, les process de fabrication et les savoir-faire de notre territoire, d’autant plus que beaucoup d’entre eux sont uniques dans la zone Caraïbe, et certains même dans le monde. Nous effectuons un important travail de communication pour mettre en avant ces spécificités.

Nous proposons du tourisme industriel, mais aussi d’affaires, via des circuits qui permettent de visiter les coulisses des entreprises comme la centrale géothermique de Bouillante et la distillerie Bologne. Pour la plupart, nous effectuons les visites nous-mêmes. Pour ce faire, nous avons dû gagner la confiance de nos partenaires, afin d’obtenir les autorisations nécessaires pour accéder à leurs sites.

 

Un an après le lancement, quels bilan et perspectives ?

Sylvia Phibel-Puissant : Cette première année a été consacrée à la structuration de la startup : procédures administratives, démarcharge des entreprises, formation d’une équipe de professionnels efficaces, etc. Désormais, nous voulons mettre en place une nouvelle plateforme numérique qui aura plus de fonctionnalités, proposera également des visites virtuelles 3D et, à long terme, développer les circuits en Guadeloupe et dans d’autres territoires de la Grande Caraïbe.

 

« Nous visons un marché important, celui de la Grande Caraïbe, qui compte des milliers d’entreprises intéressantes à visiter ». – Sylvia Phibel-Puissant, fondatrice de Caraïbes Factory

Article rédigé pour Artisanat Guadeloupe, le magazine de l’artisanat et de l’économie locale, paru en mai 2018.


Journaliste, consultante éditoriale, éditrice, je blogue sur ma région, ses acteurs et enjeux. Fière d'être une #caribbeanblogger depuis 2007.

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x