TOP
Guadeloupe - Caraibe

Lieu de rêve en Guadeloupe : la pépinière Nérée racontée par Sidney Henery-Sainsily

  • 502
    Partages

Lieu de rêve…

Vous avez sans doute pensé à cette fameuse plage de sable blanc vendue à longueur d’année. Eh bien, non !

L’objectif de ce blog étant de « dépasser cette image de carte postale bien connue », je vous emmène visiter la pépinière Nérée aux Abymes.

Située Route de Bazin-Nérée, cette pépinière est à quelques minutes de chez moi. Et pourtant, je n’y étais jamais y allée jusqu’à présent, si mes souvenirs sont bons.

Alors, quand Sidney Henery-Sainsily que je connais depuis tout petit, m’a invité à venir la visiter, j’ai tout de suite accepté. Plus par curiosité de savoir ce qui poussait ce jeune homme âgé de 25 ans à y passer de nombreuses heures par mois, de manière bénévole, que par amour des plantes, je dois l’avouer.

Nous avions rendez-vous lundi dernier. Ce jour-là, entre la pluie par intermittence et mon agenda plus que chargé en tête, je n’étais pas dans les meilleures dispositions. Cependant, une fois devant le portail, j’avais le sourire et je suis tombée sous le charme du lieu.

Sidney Henery-Sainsily m’a acceuilli avec une fleur dans la mainD’accord, c’était une pereskia bleo, c’est-à-dire une espèce de cactus, mais elle était si jolie !

Quelques précisions fournies par le jeune homme :

« Ce cactus est originaire des zones tropicales d’Amérique – le Panama, la Colombie, etc. Il a la particularité rare chez les cactus de porter de véritables feuilles, ce qui lui donne un aspect original. C’est une plante presqu’indestructible, car elle tolère très bien la sécheresse, mais également le froid. Elle s’adapte aux variations de température. »

Avant la visite, la petite histoire…

J’avais envie d’harpenter les allées et d’admirer les fleurs, mais mon âme de journaliste a repris le dessus. J’ai donc posé quelques questions à Sidney Henery-Sainsily pour en savoir plus sur la pépinière, en commençant par sa création.

« M. Joseph Théodore, le propriétaire de cet endroit, a travaillé dans le domaine de la protection des végétaux, au lycée agricole, à la Chambre de l’agriculture, à l’aéroport. Il possède donc un important savoir sur les plantes. Lorsqu’il est parti à la retraite, il a eu l’idée de créer cette pépinière pour le partager. »

Et bien sûr, je n’ai pas manqué de demander à Sidney Henery-Sainsily pourquoi il avait décidé de devenir bénévole à la pépinière, il y a eu un peu plus de trois ans.

Sa réponse : « Comme je m’intéressais déjà aux plantes, à la multiplication des végétaux, j’ai demandé à l’un de mes oncles, Edouard, ingénieur agronome de formation, s’il connaissait quelqu’un qui pourrait m’informer. Il m’a alors parlé de son professeur, Joseph Théodore, qui lui avait appris énormément de choses lorsqu’il était au lycée agricole et qui avait cette pépinière.

J’y suis allé, j’ai pu rencontrer M. Théodore, à qui j’ai expliqué que j’étais passionné par les plantes et que je souhaitais venir en tant que stagiaire à la pépinière, pour acquérir des connaissances, me former et également apporter un plus à ce lieu. Il a accepté. »

«  Je ne regrette pas mon choix. J’ai beaucoup appris, notamment à faire de la multiplication végétative, c’est-à-dire à multipler les végétaux à partir de plantes qui existent déjà. C’est une sorte de technique de clonage qui permet de reproduire leur patrimoine génétique. »

Je peux vous assurer que Sidney Henery-Sainsily maîtrise son sujet et peut vous parler pendant des heures des plantes, et notamment des arbres fruitiers. D’ailleurs, d’où lui vient cette passion ? Réponse.

« Mon entourage m’a amené à aimer le jardinage. En particulier, mon père, parce qu’il était guide touristique pendant près de 22 ans. Le fait de parcourir la Guadeloupe, la Martinique et d’autres îles caribéennes lui a permis de découvrir nombre de végétaux et d’animaux. Il m’a transmis ce savoir. »

« J’ai été très tôt attiré par certaines espèces que je trouvais belles. Petit, déjà, dès que je trouvais des graines, je les plantais devant chez moi, pour le plus grand embarras de ma mère, car des plantes poussaient aux quatre coins de la maison ! »

Cette passion, Sidney Henery-Sainsily l’a donc depuis très jeune.

« Les végétaux permettent d’avoir une double satisfaction : faire pousser quelque chose, le faire fructifier de ses mains et ensuite voir d’autres personnes  heureuses d’en bénéficier. Je trouve cela formidable ! J’ai toujours eu ce plaisir de voir les autres sourire, par ce biais. »

Réaménagement et belles perspectives

Le jeune homme est à l’aise à la pépinière Nérée. Il vous reçoit comme chez lui, en toute simplicité. Il s’y investit beaucoup, également. Le propriétaire, sa collègue Yannick et lui-même ont d’ailleurs décidé de booster l’endroit, en le réaménageant.

« Avant nous, il y avait une employée, Susana, qui a fait beaucoup pour la pépinière et nous saluons ses efforts. Nous avons pris la suite et nous nous sommes vite aperçus qu’il y a beaucoup de travail. Les plantes ne s’arrêtent jamais de pousser ! Nous devons nettoyer régulièrement, d’autant que nous ne faisons pas de traitement chimique.

Nous avons décidé d’installer des tapis dans les allées pour que l’endroit soit plus agréable pour les clients, qu’ils n’aient pas à marcher dans la boue lorsqu’il pleut. Nous avons déjà commencé à le faire, mais il nous reste encore plusieurs mètres carrés à couvrir. »

« Nous sommes en train de restructurer la pépinière, de la réorganiser pour mieux présenter les plantes. Désormais, ma collègue s’occupera des plantes médicinales. Me concernant, je me spécialise de plus en plus dans l’arboriculture fruitière, parce que j’ai toujours aimé les fruits, et dans les techniques de multiplication végétative. »

Sidney Henery-Sainsily  fait notamment pousser des plantes qui sont difficiles à trouver en Guadeloupe.

« Je m’emploie à agrandir notre collection d’arbres fruitiers, à la diversifier. »

Exemple : le mûrier blanc tropical, une très jolie plante qui fait des fruits délicieux. J’ai goûté !   

Pour développer la pépinière, l’argent reste le nerf de la guerre. Même si tous sont bénévoles, il faut bien acheter les graines, les plantes, le matériel…

Pour le moment, ils le font grâce à l’argent des ventes sur place, mais aussi dans des foires. Parmi leurs gros clients, figurent le Crédit agricole, la Ville des Abymes ou encore des entrepreneurs qui veulent décorer leur résidence ou bureau.

« Nous vendons à des particuliers et à des professionnels. Nous travaillons avec certains pour des petits, voire moyens, chantiers d’aménagement paysager ».

Quel enchantement !

Enfin, la pluie a cessé et j’ai pu visiter cette pépinière. Sidney Henery-Sainsily en sait des choses sur les fleurs, les arbres ! J’étais impressionnée.

Il m’a fait découvrir la serre de multiplication où sont installées de multiples plantes : brocolis, basilic, poivron, melon, piment végétarien, radis, etc.

Il m’a aussi beaucoup parlé de l’atoumo, une plante dont les feuilles, fleurs et même racines (qui ressemblent au gingembre) sont utilisables. Les gens en font des infusions notamment parce qu’elle est fongicide, bactéricide.

La fleur est si jolie ! Sidney Henery-Sainsily m’a proposé de la manger. Il ne fallait pas me le dire deux fois ! Eh bien… C’est très bon. Comme elle est comestible et bien parfumée, elle peut être utilisée dans différents mets.

En une heure et demie passée à la pépipnière, j’en ai appris des choses ! Je ne peux pas tout vous raconter. Le mieux est d’aller y faire un tour !

A noter : Pour en savoir plus, si vous êtes sur Facebook, vous pouvez rejoindre le groupe de la pépinière.   De plus, pour la fête des mères, Sidney Henery-Sainsily a pris l’initiative d’organiser une vente flash qui aura lieu les 20 et 21 mai prochains. Contact : 0690 08 56 54 et 0590 48 03 23.


  • 502
    Partages

Commentaires (3)

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.