TOP

Mon blog a 5 ans : ces raisons pour lesquelles j’ai failli l’abandonner


Cela fait 12 ans que je blogue et 5 ans que j’ai lancé Le blog de Mylène Colmar. Je vous passe le couplet sur le fait que le temps passe vite, que je n’ai pas vu les années défiler…

J’aurais pu vous expliquer pourquoi je suis contente de ce 5e anniversaire, mais cela m’ennuyait déjà avant même d’avoir rédigé une ligne. J’ai donc préféré vous livrer les raisons pour lesquelles j’ai eu la tentation d’arrêter de bloguer, de vous raconter les « bas » de ces cinq dernières années de blogging. 

Lecteurs à (re)conquérir

Lorsque j’ai lancé mon blog, j’avais déjà sept années de blogging derrière moi. J’ai déjà raconté que mon premier blog portait sur Montréal, le second sur la Guadeloupe. Le troisième, je l’avais créé dans le cadre d’une plateforme internationale hébergeant des blogs tenus par des personnes aux quatre coins du monde et j’avais déjà choisi comme thème la Grande Caraïbe. Grâce à la popularité de cette plateforme appartenant à un média national bien connu, je n’avais pas vraiment eu à me préoccuper du lectorat.

Quand j’ai quitté la plateforme pour créer Le blog de Mylène Colmar, je repartais quasi de zéro, même si je comptais des fidèles lecteurs. Les premiers mois après le lancement, j’ai enregistré peu de lectures pour chacun de mes billets, d’où une frustration grandissante. Ecrire pour ne pas être lu ?!

Au lieu d’abandonner, j’ai cherché des solutions pour drainer du monde sur ce nouveau support. J’ai renforcé mes réseaux sociaux en créant la page Facebook et en étant bien plus présente sur Instagram, LinkedIn. Progressivement, le nombre d’abonnés à mes comptes a augmenté, mes textes ont mieux été classés dans les résultats de Google et ont donc été plus vus par les internautes. Ajoutez à cela la newsletter mensuelle… Mon blog a au fur et à mesure enregistré plus de lecteurs.

Aujourd’hui, Le blog de Mylène Colmar, c’est en moyenne 3 000 lecteurs par mois. Les billets les plus populaires sont généralement les portraits, mais pas que…

 

Statistiques insuffisantes

Pour rédiger mes (rares) billets de fond, j’effectue toujours des recherches afin de partager des informations vérifiées et pertinentes. J’aime particulièrement m’appuyer sur des statistiques, mais il est difficile d’en trouver sur la Grande Caraïbe pour plusieurs thématiques… J’ai donc des textes et des textes et des textes inachevés. Désespérant !

A un moment donné, j’en étais venue à baisser les bras, à me dire que vraiment cela ne valait pas la peine. Néanmoins, il y a toujours eu des raisons – sortie d’une étude, déclaration positive d’un gouvernant, etc. – pour lesquelles je reprenais espoir les jours suivants.

Je compte bien terminer un jour ces billets, en collectant les éléments nécessaires. Je ne lâcherai pas !

 

Agenda (très) chargé

Ecrire sur la Grande Caraïbe est vraiment important pour moi, mais alimenter mon blog reste une activité annexe. J’ai un agenda professionnel très chargé, je suis impliquée dans nombre de projets qui me tiennent à coeur, les journées sont souvent longues.

Il y a quelques mois, le blog et tout ce qui en découle me fatiguaient. Je crois que tous les blogueurs sont passés par là. J’en connais au moins une dizaine qui ont même décidé de baisser les bras. Néanmoins, pour moi, il n’était pas question que la lassitude et la fatigue, gagnent !

J’ai donc pris une résolution et je m’y tiens : si bloguer ne m’enthousiasme pas, je ne me force pas. Sans culpabilité aucune. Même si l’actualité est intéressante… Même si les billets en attente s’accumulent… Même si je suis sollicitée pour ci ou pour ça… Si je n’en ai pas envie, je n’écris pas. Et surtout, je ne poste rien par défaut, pour faire du remplissage ou faire plaisir.

 

Investissement incontournable

Il y a plusieurs manières de gagner de l’argent avec un blog. L’an dernier, j’étais très motivée à l’idée de mettre en place les rouages nécessaires. J’ai commencé, puis abandonné, car j’ai finalement préféré donner la priorité à mon entreprise et divers projets. J’avoue que j’étais très déçue de devoir mettre sur pause cet axe obligatoire pour développer LBdeMC. En effet, j’ai toujours dit que je voulais que mon blog rapporte les montants obligatoires pour les évolutions que j’envisage depuis un moment déjà. Je veux, par exemple, pouvoir payer la traduction de certains textes en anglais, partir en reportage pour faire des grands formats sur la Caraïbe… Alors, lorsque j’ai décidé de tout arrêter, j’ai eu l’impression de faire marche arrière. Et dans ma tête, tournait sans cesse cette interrogation : à quoi bon continuer ?

Tout est affaire de patience. Je l’ai appris au fil des années. Je n’allais pas abandonner ce support que j’aime parce que tout n’avançait pas aussi vite que je le voulais ! Je ne perds pas de vue mes objectifs, si bien que je sais qu’un jour, je les atteindrai et c’est une excellente motivation pour continuer à bloguer.

 

Emulation demandée

Je l’ai déjà écrit et je le clame haut et fort : il n’y a pas suffisamment de blogs généralistes ou spécialisés dans notre région. Je suis toujours ravie quand j’en découvre un nouveau, mais cela reste rare. Le fait que nous soyons peu nombreux a pour conséquence que ces petites piqûres qui te donnent envie d’en faire plus, de t’améliorer, restent très faibles.

Ce n’est pas que je compte sur les autres blogueurs… Toutefois, cela ferait du bien d’avoir une émulation, un dynamisme.

Bref. Peu importe. J’ai déjà bien trop écrit.

Merci pour la confiance, les encouragements, la fidélité.

#letravailcontinue


Commentaires (4)

  • Joelle | @elledit8

    Le plaisir doit rester le moteur 😉 Nous avons suffisamment de contraintes dans nos activités parallèles pour en remettre une couche dans la bulle du blogging. Patience. Rencontres. Tilt. Et ça redémarre. Toujours. HBD ! (Again)

    reply
  • MARTYR-FALE

    Je suis là avec toi pour partager tes humeurs et tes reflexions constructives pour nos pays. Don’t give up the fight (-Peter Tosh and Bob Marley from the wailairs)

    reply

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.