TOP

En Guadeloupe, à Pâques, du crabe, mais pas n’importe comment


J’aime les fêtes de Pâques, parce que cela rime avec crabes.

Certains les aiment pour les réunions familiales, amicales, le camping sur la plage.
D’autres pour le temps de repos, week-end prolongé oblige.
D’autres encore pour le pan religieux…

Pour moi, Pâques = crabes. Un point c’est tout.

C’est d’ailleurs le seul moment de l’année où j’en mange. Cependant, je ne suis jamais en cuisine. J’ai la chance d’avoir des cuisiniers émérites dans ma famille, si bien que je n’ai qu’à mettre mes pieds sous la table et déguster.

Cette année, la tradition a été respectée. Ma mère et ma petite cousine ont mis la main à la pâte pour préparé le délicieux met.

1. Tuer et nettoyer les crabes

A noter que ma mère utilise une brosse pour bien nettoyer les carcasses.

2. Préparer les épices & co et le feu

Ma mère cuit le crabe sur du charbon.

3. Cuisiner le tout et déguster.

Chez nous, le crabe est cuisiné simplement. Il est accompagné d’un riz blanc et d’une salade (tomates, laitue, piment végétarien).

Et pour finir, un bon morceau de pastèque, parce qu’après avoir dégusté tout ce crabe, sa fraîcheur fait beaucoup de bien.


Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.