TOP

Direction l’Italie pour parler des entrepreneures de la Grande Caraibe


Dans mon billet de rentrée, j’ai évoqué un prochain voyage en Italie, en promettant d’en dire plus. Mon vol étant ce mercredi, le moment est plus que venu. En effet, je vais participer à une rencontre internationale à Pérouse portant sur des sujets qui me tiennent à coeur.

Quitter ma Grande Caraïbe pour l’Europe, quelques jours après la rentrée et malgré un agenda bien chargé… Il me fallait de très bonnes raisons pour accepter. Elles ne sont pas très bonnes, mais excellentes.

1. L’invitation est venue d’Emilie Albert et Lavignia Ruscigni.

Ce sont deux femmes dynamiques, à la tête de D’Antilles & D’Ailleurs, ONG française basée en Martinique et portant sur les domaines de la coopération régionale et l’entrepreneuriat social notamment. L’an dernier, j’ai participé à un de leurs rendez-vous internationaux en Martinique et j’ai trouvé cela très riche. Elles ont fait partie de la délégation #ObjectifBossLadyHaïti et cela a été l’occasion de mieux faire connaissance. J’ai toute confiance en elles, en la qualité de l’événement à venir.

A noter que D’Antilles & D’Ailleurs co-organise cette rencontre avec les associations TAMAT (Italie) et CforC (Madagascar).

2. Cette rencontre s’inscrit dans le cadre d’un projet pertinent nommé ENTOURée.

ENTOURée pour Entrepreneuriat pour un Tourisme Responsable, Engagé et Féminin. Objectif poursuivi : « renforcer les capacités des professionnelles des organisations qui interviennent auprès des femmes et d’autre part sensibiliser et former les femmes et les jeunes filles aux enjeux du tourisme responsable, par le bais de l’entrepreneuriat. Le projet s’inscrit dans le cadre des recommandations de la Communauté Européenne dans ses Orientations thématiques pour les investissements dans le tourisme et de la Stratégie pour l’égalité des genres 2016­-2019 », dixit les organisateurs.

 

Entreprenariat au féminin et tourisme responsable, deux enjeux majeurs pour la Grande Caraïbe. Cela fait des années que je m’intéresse à ces sujets, que j’écris des articles aussi, et pour ce faire, que j’interviewe des femmes entrepreneures notamment. Par ailleurs, en début d’année, Axelle Kaulanjan et moi avons créé le podcast Objectif Boss Lady, qui est dans la continuité du « travail » d’information et de soutien que nous faisons en coulisses depuis des années.

3. Cette rencontre comprend déjà tous les ingrédients pour être très riche, instructive.

Il y aura des produits JWUN dans ma valise, notamment.

Les participants viendront d’Italie bien sûr, mais aussi de Madagascar et de Martinique. En effet, feront également partie de la délégation caribéenne Jean-Michel Loutoby de la Mission Locale Nord Martinique et Karim Confiant, chargé de mission concernant les relations extérieures de la Communauté d’Agglomération de l’Espace Sud.

Le programme est très dense avec un boot camp, des visites détude sur le terrain, des sessions de travail en groupe, etc.  

Toute la journée du samedi 22, se tiendra un forum sur « le co-développement, le tourisme et l’entreprenariat ». Une quinzaine d’intervenants se succéderont pour parler de leur région, des actions mises en place, d’exemples concrets de femmes entrepreneures ayant échoué ou au contraire réussi.

Les produits caribéens artisanaux et/ou issus de l’agro-transformation seront valorisés. J’emporte d’ailleurs dans ma valises quelques exemples de créations de nos entrepreneures.

4. Je livrerai une intervention en anglais sur « l’entreprenariat féminin dans la Caraïbe : obstacles et perspectives ».

Je vais parler 20 minutes. Mon anglais est un peu « rouillé », mais ce n’est pas cela qui m’inquiète. 20 minutes pour parler d’un tel sujet. Cela me parait si court…

Par où commencer ? Je suis en train de rédiger mon texte et je vous avoue que ce n’est pas simple. Il faut que je donne le contexte, cite les chiffres principaux, parlent des boss ladies, de leurs difficultés, de leurs victoires, de leur potentiel surtout.

20 minutes… OK ! Je relèverai le challenge !

5. Faire du terrain, what else ?

Je veux être journaliste depuis l’âge de 6 ans. J’ai d’abord voulu être journaliste à la télévision, comme Anne Sinclair, dont j’aimais les interviews dans sa mythique émission 7 sur 7.

Ensuite, je me suis rendue compte que je préférais écrire. J’ai donc choisi la presse écrite.

Et des années plus tard, ma passion est intacte. Et ce que j’aime le plus, c’est faire du terrain. Rencontrer des gens chez eux et les écouter parler de tout.

Alors, je suis toujours enthousiaste à l’idée de me rendre dans un nouveau pays, parce que tout est forcément nouveau, différent, intéressant.

Merci à Emilie et Lavinia pour l’invitation. J’ai hâte !


Commentaires (4)

  • Joelle | @elledit8

    Tu vas y arriver! Si tu fais escale à Paris quelques jours, on se fera une pause gourmande?

    reply
  • Sylvia

    C’est formidable ! Ton engagement et ta détermination me fascine ! Keep oushing Mylène ! Ton intervention va être formidable et j’espère que nous aurons droit à un petit live Be Safe !

    reply

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.