TOP

Grande Caraïbe : 3 rendez-vous politiques majeurs à surveiller en fin d’année


Chaque début d’année, je rédige un billet listant « 20 questions essentielles pour la Grande Caraïbe », une manière d’essayer de mettre en lumière des enjeux pour notre région. 

Cependant, mois après mois, d’autres prennent de l’importance, et supplantent les autres. Pour la fin d’année 2022, nul doute qu’il faudra surveiller les trois axes que je vais vous présenter. 

Barbade : bientôt l’émancipation 

Direction la Barbade, Etat indépendant depuis 1966, qui fait partie du Commonwealth britannique… Pourquoi cette précision ? Parce que c’est bien le point qui nous occupe. 

Le territoire caribéen est une monarchie parlementaire avec une reine, la plus connue au monde : la reine Élisabeth II. Or, cela fait un moment que les Barbadiens n’en veulent plus. Pour eux, l’heure est à l’émancipation tant attendue ! 

« Il est temps de faire une croix sur notre passé colonial. C’est une déclaration ultime de confiance en notre identité nationale », – gouverneur-général Sandra Mason, 15 septembre 2020 (La Presse) 

La décision d’avoir un chef d’Etat barbadien a été entérinée l’an dernier. Et Sandra Mason est justement celle qui représente la reine dans cet Etat et qui deviendra présidente, lors de la proclamation de la nouvelle République le 30 novembre prochain. Pour rappel, cette date correspondra au 55e anniversaire de l’indépendance de la Barbade. 

2 faits importants à retenir : 

  • Mia Mottley, charismatique premier ministre, conservera son poste 
  • La Barbade restera dans le Commonwealth. 

 

Haïti : référendum constitutionnel ou pas ? 

Le président d’Haïti Jovenel Moïse assassiné en juillet 2021, c’est le premier ministre Ariel Henry qui assure la gestion du pouvoir, pour le moment. Il a été visé par des accusations ces derniers jours, dans le cadre de l’enquête sur l’assassinat du chef d’Etat… Cependant, ce n’est pas ce que je veux évoquer. 

Avant son assassinat, Jovenel Moïse travaillait sur un projet de réforme constitutionnelle, qui fut très critiqué.  

« Le texte de cette réforme constitutionnelle visant à renforcer l’exécutif est toujours en cours de rédaction. Deux avant-projets déjà présentés proposaient de supprimer le Sénat et d’ouvrir la possibilité d’effectuer deux mandats présidentiels consécutifs. » (Le Monde)

Ce projet fera l’objet d’un scrutin qui est pour l’instant prévu le 7 novembre prochain. 

« ‘Une nouvelle Constitution ne sera pas la panacée pour résoudre tous nos problèmes’ a reconnu le Premier ministre haïtien, Ariel Henry, ‘mais si nous arrivons à nous mettre d’accord sur ce mode d’organisation de la gouvernance plus équilibré et plus efficace, ce sera un point de départ pour d’autres convergences autour du devenir de notre pays’», a estimé le chef du gouvernement. » (La Tribune de Genève)

 

Venezuela : élections locales en novembre 

Au Venezuela, le climat politique est également très tendu depuis des années. Le président Nicolas Maduro a été réélu en 2018, mais l’opposition avait boycotté le scrutin, en criant à la fraude. 

Toutefois, depuis quelques semaines, des pourparlers entre les deux camps ont abouti à une annonce positives : l’opposition prendre part aux élections municipales et régionales en novembre prochain.

« ‘Nous sommes au Mexique à la recherche d’un accord de salut national pour répondre à l’urgence, obtenir les conditions pour des élections libres et équitables et le sauvetage de notre démocratie’, a tweeté de son côté le chef de l’opposition Juan Guaido, qu’une cinquantaine de pays reconnaissent comme président en exercice. » (Libération)


Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.