TOP

Eau & innovation en Guadeloupe : Dlola, une solution numérique pour restaurer la confiance


Ce n’est pas le cas pour tous les entrepreneurs… Cependant, pour Karel Tarer, oui ! Dès lors qu’il présente un nouveau projet, je m’y intéresse et je veux en savoir plus, parce qu’il a le don d’avoir des concepts pertinents, intéressants, ambitieux et de faire en sorte de bien les concrétiser. 

C’est ainsi que j’ai consacré des billets successivement à ses applications Ully, Valbox et Bao

Un nom est récemment venu s’ajouter à cette liste : DlolaUne application gratuite portant sur une sempiternelle problématique : l’eau. 

Le sujet a donné lieu à un nombre incalculable d’articles, de reportages, d’analyses, au fil des années, mais je tiens à faire un (très) bref résumé pour les lecteurs à l’international peut-être peu ou pas informés. 

En Guadeloupe, pourtant appelée l’île aux belles eaux, les coupures d’eau sont très fréquentes, certaines zones n’étant pas alimentées pendant des jours, des semaines. L’alimentation est lacunaire du fait de la vétusté des canalisations qui auraient dû être réparées ou remplacées il y a plusieurs années. Les travaux n’ont pas été effectués, la situation s’est détériorée peu à peu, nombre d’habitants se sont retrouvés ainsi sans eau. La galère la plus totale ! Recours à des bouteilles minérales, mise en place d’un système de récupération, de stockage, installations de citernes… Je ne vous dis pas la rage de devoir gérer le manque d’eau au quotidien ! 

Taper eau en Guadeloupe dans un moteur de recherche et vous pourrez mesurer l’ampleur de cette problématique et du chemin qu’il reste encore à parcourir pour la résoudre. 

Cette crise de l’eau, Karel Tarer et son associé Mike Guillaume, binôme à la tête de la société Prograi, s’y sont naturellement intéressés, avec l’envie d’apporter une solution. Pas LA mais UNE solution. Ainsi est née l’idée de Dlola, dont les deux entrepreneurs m’ont raconté la genèse. 

Mike Guillaume : Nous possédons des technologies innovantes élaborées d’abord pour Ully, l’application qui porte sur les déchets. Nous pouvons les décliner dans différents domaines et  nous avons naturellement souhaité nous pencher sur le problème de l’eau. 

Ainsi, nous avions la volonté de proposer une application, mais nous ne savions pas quels étaient exactement les besoins des opérateurs, quelles orientations précises prendre. Nous avons donc eu l’idée de rencontrer Ferdy Louisy (ndlr : maire de Goyave et président du Syndicat Intercommunal d’Alimentation en Eau et d’Assainissement de la Guadeloupe – SIAEAG, depuis septembre 2020 ). Ce dernier nous a indiqué des attentes auxquelles nous avons cherché à répondre avec Dlola. Nos rendez-vous successifs avec le syndicat nous ont permis de perfectionner techniquement l’application. 

Karel Tarer : L’application Dlola a été conceptualisée pendant près de six mois et a été développée par notre équipe en un mois. Nous avons pu la programmer en un laps de temps court, car nous avons utilisé les technologies d’Ully dont nous sommes propriétaires, qui n’existent pas ailleurs et qui nous donnent un avantage certain en matière d’innovation. 

En effet, avec Dlola, la bonne information est envoyée à la bonne personne, peu importe où elle se trouve. L’application dispose d’un feed d’actualités et d’un système de géolocalisation efficaces, grâce auxquels les utilisateurs sont informés de manière pertinente. Toute la machinerie en arrière-plan, nous nous en chargeons de telle sorte que l’utilisation soit simple, facile, intuitive pour les utilisateurs. 

Aujourd’hui, les clients du SIAEAG, premier opérateur à avoir signé avec nous, bénéficient de ce service qui facilite leur quotidien. 

Promesse tenue ! 

Évidemment, j’ai testé l’application Dlola. Pour ce faire, je l’ai téléchargé via le store en ligne d’Apple, puisque j’ai un iPhone. Cependant, elle est aussi disponible pour les smartphones Android. Une fois installée, l’application s’ouvre rapidement et est effectivement facile à utiliser.

Elle propose trois fonctions majeures : 

  1. S’informer. Il y a un fil d’actualités pour obtenir différentes informations sur les coupures d’eau, les réparations en cours, sur d’autres points donnant lieu à communiqués. 
  2. Signaler. Il est possible d’indiquer les incidents sur le réseau : coupures ou fuites d’eau.
  3. Trouver. Les points d’eau sont listés par type de besoin : boire, se baigner, se doucher, collecter, nettoyer, etc.

En quelques clics, chacun peut obtenir l’information de manière rapide et simple, suivant les promesses faites par l’équipe de Prograi. 

Karel Tarer : Avec Dlola, comme avec Ully, notre volonté est de mettre en relation les usagers avec leurs opérateurs, collectivités compétentes, afin que l’information circule au mieux. Nous créons cette proximité grâce à nos technologies qui fonctionnent partout, sans qu’il soit nécessaire d’installer un matériel spécifique. Nous voulons faire en sorte de restaurer la confiance entre les clients et les opérateurs. 

 

Une application incontournable pour tous les opérateurs

Karel Tarer et Mike Guillaume ont déjà eu comme première satisfaction d’avoir signé avec le SIAEAG, opérateur ô combien historique, mais ils souhaitent bien sûr que leur solution soit mise à la disposition du plus grand nombre. Pour ce faire, ils sont déjà en contact avec les autres opérateurs de l’archipel. 

Mike Guillaume : Notre objectif est de signer au plus vite des partenariats avec les autres collectivités compétentes sur l’eau, de manière à ce que le maximum de Guadeloupéens puissent profiter de ces services. Nous sommes aujourd’hui déjà prêts pour accueillir les autres opérateurs sur la plateforme de Dlola.

Karel Tarer : Tout est déjà configuré, mais cela a nécessité des investissements majeurs en matière de recherche et développement, puis de création même de l’application – main d’œuvre, technologies, communication. Dlola, c’est ainsi un budget total d’environ 200 000 euros. Néanmoins, nous proposons notre solution à un tarif établi de manière à ce que les opérateurs puissent rapidement bénéficier de nos services : 

  • la mise à disposition de l’application à leurs abonnés
  • l’alimentation du fil d’actualités (photos, vidéos, etc.)
  • la réception des signalements pour un suivi au jour le jour
  • la mise à jour des listes des points d’eau
  • le support technique général
  • les prochaines évolutions du service.

 

Dlola, une app’ (déjà) en cours d’évolution 

Connaissant maintenant un peu, beaucoup, Karel Tarer, je ne pouvais que lui demander s’ils travaillaient sur des évolutions. Réponse : oui, mais je ne veux pas trop en dire… Alors, sachez simplement que l’équipe de Prograi est d’ores et déjà en train de développer de nouvelles fonctions intéressantes pour l’application. 

Autre question indispensable :  les ambitions à l’échelle régionale, nationale. L’équipe y pense, mais chaque chose en son temps. 

Karel Tarer : Notre but premier est de développer l’activité en Guadeloupe, embaucher, créer une économie autour de Dlola. Une fois que cela sera fait, nous pourrons envisager d’aller en Martinique, en Guyane, au national, puis à l’international. 

Mike Guillaume : D’abord, nous voulons prendre toute notre part dans le développement de l’économie numérique à l’échelle locale et dans la mise en place de solutions pour résoudre cette problématique de l’eau. 

Je ne peux que vous inviter à télécharger Dlola et à l’utiliser, et à suivre l’évolution de cette application, mais aussi les actualités de l’équipe de Prograi qui sortira, j’en suis sûre, d’autres nouveautés dans les prochains mois. Pour les contacter, un mail : contact@dlola.app.


Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.